comprendre est parfois douloureux


Chaque personne se posant des questions sur le fonctionnement économique de notre monde devrait regarder cette petite vidéo.

C’est un peu long mais votre esprit va s’ouvrir et votre compréhension passer à une autre échelle.codebarre3_jpg

L’argent n’est plus controlée par les gouvernements mais par les banques privées. Le traité de Maastricht et maintenant celui de Lisbonne oblige les états membres  à emprunter à des banques privées avec intérêts: ainsi la dette nationale explose. Alors qu’un gouvernement peut par nature créer son argent pour couvrir ses dépenses.  Il y a peu de temps encore (avant le 3 janvier 1973), la Banque de France avait le droit d’émettre en faveur des Collectivités – et en particulier de l’État – la monnaie nécessaire à financer leurs développements. Ainsi, pas d’intérêts ruineux puisque ces intérêts n’étaient dus qu’à la Banque de France et donc revenaient à l’ensemble de la collectivité au travers de sa banque nationale.

Aujourd’hui, comble de l’escroquerie, l’état va soutenir financièrement les  banques privées en difficultés.

« Le gouvernement devrait créer, émettre, et faire circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour satisfaire les dépenses du gouvernement et le pouvoir d’achat des consommateurs. En adoptant ces principes, les contribuables économiseraient d’immenses sommes d’argent en intérêts. Le privilège de créer et d’émettre de la monnaie n’est pas seulement la prérogative suprême du gouvernement, mais c’est aussi sa plus grande opportunité. » Abraham Lincoln

Pourquoi chaque collectivité territoriale, de la commune à l’état, est-elle obligée de contracter des prêts avec intérêts? Pourquoi un gouvernement ne peut-il pas émettre ses propres prêts gratuits pour la construction collective?

Parce qu’il n’a pas le droit de créer de l’argent? Que « faire marcher la planche à billet va dévaluer l’argent ». Car l’Europe et les banquiers mondiaux nous l’interdisent. Mais que croyez-vous que font les banques privées? Elles créent de l’argent tous les jours!

eau

L’intérêt de l’emprunt de la dette s’élève à 50 milliards d’euros

Escarmouche

Advertisements

3 Responses to “comprendre est parfois douloureux”


  1. 1 rinkazaray février 23, 2009 à 5:17

    je viens d’entendre une grande bonne nouvelle à la radio (france info).
    Il y a plus de gens cette année succeptibles de payer l’impôt sur les grandes fortunes, mais grace à notre bon gouvernement, il y a également plus de fortunés exonérés de cette taxe, chouette non?

  2. 2 harrycovert février 8, 2009 à 9:55

    En complément, 13 articles lumineux d’ André-Jacques Holbecq pour mieux appréhender la situation actuelle:
    http://www.onnouscachetout.com/themes/economie/ajh-00-un-autre-regard-sur-l-economie.php

  3. 3 Histoire de bûcheron février 7, 2009 à 6:34

    Réaction à chaud à la vidéo

    De nombreux écologistes politiques proposent un prix à la nature (arbre, métaux, etc). Ceci afin de limiter les nuisances humaines mais aussi de ralentir la croissance du système. Car actuellement on s’endette car les hommes se remboursent en transformant la nature en objets. Ainsi plus les hommes détruisent la nature, plus ils sont riches!
    En effet, le système actuel de l’endettement permet aujourd’hui avec ce qui appelé l’effet de levier aux banques de permettre à tous les bucherons de planète d’acheter des tronçonneuses. Les bûcherons doivent rembourser en vendant les arbres. Comme il y a beaucoup d’arbre sur le marché, les prix chûtent, les bucherons sont obligés de couper beaucoup d’arbres pour rembourser. Ainsi en peu de temps il n’y a presque plus de forêt.
    Ainsi l’hummanité a gagné en compétitivité: les arbres coupés sont peu chers.
    Le problème c’est que les tronçonneuses fonctionnent avec de l’essence.
    Actuellement l’espèce humaine a brulé 2/3 du pétrole de la planète.
    L’augmentation du prix du pétrole (comme lors de cet été 2008) entraîne une incapacité de remboursement de la planète entière. En effet, les bûcherons et les autres actifs ont tous besoin d’essence pour les activités de remboursement des dettes.
    Parallèlement, puisque certains bûcherons ne peuvent plus payer d’essence et puisque les forêts détruites par les bucherons, n’offrent plus assez de bois facilement accessibles et bon marché pour innonder le marché, les prix augmentent dans tous les secteurs. Comme cet été 2007.
    Par conséquent, il y a baisse mondiale de la consommation et des valeurs produites car elles ne trouvent plus de clients.
    Les bûcherons comme les autres n’arrivent plus à rembourser correctement leurs emprunts.
    Les marchés financiers s’inquiètent du non remboursement des emprunts et faillites des clients des banques. Les marchés financiers vendent les actions des banques les plus exposées. D’où les faillites de Bear Streans et de Indymac.
    Ces faillites sont tout à coup possibles par un effet de panique.
    Les acteurs des marchés financiers retirent leurs actions de ces banques car ils savent que l’argent(la monnaie) n’est que fictive, n’est rien d’autre qu’un jeu d’écriture.
    Actuellement nous nous engageons à croire à la valeur donnée à l’argent, à des morceaux de papier, à des chiffres accompagnés de « € ». C’est grace à cette croyance que nous nous engageons à rembourser et donc à travailler.

    Petite précision sur les dettes des états:
    Les états empruntent sur les marché financiers de grandes sommes d’argent. C’est la dette. Ces emprunts sont normalements sûr. Les états s’engagent à rembourser. Les emprunteurs sont considérés comme sûrs. Le remboursement est possible si les états ont des taxes et des impôts efficaces et qu’ils sont accompagnés d’une croissance, c’est à dire si la richesse produite augmente dans le pays.
    Quand un état est défaillant : c’est qu’il y a décroissance. Donc de moins en moins de recettes étatiques (moins d’impôts). C’est le cas de l’Islande. Le FMI (qui est une banque internationale créé par des états) prête de l’argent à ce pays en créant les conditions de remboursement de la dette : ventes des services publics (privatisation), augmentation des impôts et taxes, augmentations de la concurence internationale (pour que les pays préteurs aient de nouveaux débouchés commerciaux), suppressions des dépenses inutiles et improductives (santé et retraites)…
    Ca été le cas de l’Argentine, c’est aujourd’hui le cas de l’Islande.
    Or la croissance des états s’appuie sur une offre énergétique bon marché. Lorsque le pétrôle devient rare, la croissance diminue, les états ne peuvent plus rembourser!
    La crise actuelle n’est que passagère (quelques années) le temps de renouer avec la croissance. Puis à nouveau le pétrole augmentera, puis re-crise financière!
    Jusqu’aux crises des obligations (impossibilité de presque tous les états de rembourser). La valeur de l’argent s’effondera, et fin de la croissance.
    Le dernier Etat aura gagné! Tous les autres lui devront de l’argent. Mais plus personne ne remboursera! Sauf si cet état est une énorme puissance militaire…
    C’est pour cela qu’il faut construire une économie économe en énergies. Les investissements dans ce domaine permetteront aussi de lutter contre l’effet de serre.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




février 2009
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
232425262728  

Archives


%d blogueurs aiment cette page :