Un pêcheur en colère


Pour résumer, il est interdit de consommer les poissons du Rhône et de la Saône, mais il est tout à fait autorisé de prélever sans retenue, du moment que le produit de notre pêche est détruit. Cela m’a été affirmé de vive voix par les gardes de la fédération.
D’ailleurs, les nombreux pêcheurs amateurs aux engins continuent allègrement à poursuivre leurs méfaits, couverts par l’état et la fédé puisqu’ils ne sont pas habilités à vendre le produit de leurs pêches, ce dont on est en droit de douter. En admettant que ces pêcheurs ne vendent pas leurs poissons, et faisant la relation avec ce qui m’a été honteusement déclaré par les gardes, j’en déduis que des quantités importantes de poissons sont destinées à être détruites de façon gratuite. Il n’y a pas d’autres alternatives possibles … soit on vend et contamine des familles entières, soit on détruit en restant dans le cadre de la loi. Dans quel pays vit-on ? … pauvre France !

Il y a un problème majeur et très inquiétant en ce qui concerne la Saône, à savoir la régression spectaculaire de toutes les espèces nobles ou fragiles, surtout depuis ces quatre ou cinq dernières années. La cause ? Les pesticides ou autres produits chimiques. Parlons en priorité des risques liés aux PCB, et qui mettent la santé de l’homme en péril.
La Saône elle, se meurt d’année en année. J’ai parcouru ses berges durant cinquante ans, elle était reconnue comme étant la rivière la plus poissonneuse de France, elle était ma seconde épouse, j’en étais amoureux. Je ne la reconnais plus depuis quelques années, elle ne me véhicule que de la pitié. Ils nous l’ont tuée et je le criais haut et fort, mais on me rétorquait que je me faisais des idées, que j’étais pessimiste, que ça s’arrangerait .
Mes yeux qui ne voyaient qu’au travers de cette rivière, ont vu sa couleur verte pleine de vie virer à un marron suspect et prolongé dans l’année, ses berges prendre une teinte sombre et triste, ses innombrables coins prolifiques réduits à des déserts, les ballets de carpes laissant place au silence … le néant !
Ce qui peut nous rassurer, c’est qu’il ne soit pas démontré ou prouvé que le PCB ait une incidence directe et néfaste sur la santé du poisson ou sur sa reproduction. Il porte le PCB dans ses graisses mais aucun signe apparent et alarmant ne nous conduit à une quelconque inquiétude.
Ce qui peut nous offusquer par contre c’est ce discours mesquin et incohérent de nos dirigeants, fédés, services de navigation, qui ne veulent en aucun cas admettre que nous pêcheurs sommes dans le vrai, à savoir instaurer un no-kill total appuyé par un paragraphe net et précis :  » il est interdit de prélever le poisson quelle qu’en soit l’espèce « … Cette initiative préservant ainsi la gente piscicole en concordance avec les nouvelles mentalités et préservant de façon crédible et saine la santé de l’homme sans équivoque possible.
Allons-nous (nos enfants surtout ) être expulsés petit à petit de nos fleuves / rivières, devant délaisser nos VRAIS poissons et être contraints de rejoindre des plans d’eau ou autres  » trous à pisse  » pour se consoler avec des poissons ( qui n’en sont pas ) numérotés et répertoriés ? Si cet avenir est promis à nos enfants, je bénis le ciel de m’avoir permis d’échapper à cette parodie ridicule et cette passion absente de valeurs.
(à lire aussi un article du progrès et de la voix de l’ain sur leur site respectifs)
Advertisements

4 Responses to “Un pêcheur en colère”


  1. 1 escarmouche mai 26, 2009 à 12:16

    Mr bouche, cet avis de pêcheur n’est pas le votre semble-t-il. Moi aussi je ne suis pas d’accord avec toute le tenue de cet article. Je sais que les pêcheurs respectueux protègent la rivière et ses espèces de concours (bravo pour votre grande organisation de pêche à la carpe à Montmerle), que certains luttent au côté des protecteurs de l’environnement. Je sais aussi que vous avez aussi la responsabilité de la présidence du club nautique de Montmerle et j’admire cette dévotion pour la communauté; cela ne doit pas être facile de gérer deux communautés qui se partagent le même espace avec respect et concession! Surtout que j’ai déjà assisté incrédule à une prise de bec assez virulente entre des pêcheurs et un bateau au sujet de jets de bouillettes: avez-vous eu vent de ceci?
    En ce qui concerne l’entrevue de « vive voix » je ne sais si vous avez pu dé battre avec l’auteur, mais nous vous invitons sur ce blog où vous trouverez tout l’espace pour que vous puissiez contredire cet article!
    escarmouche

  2. 2 Carp' ette mai 18, 2009 à 12:30

    Réponse à Bouche

    je lis aussi ce blog que je trouve très intéressant. Mais je ne vois aucun intérêt à aller en mairie pour demander votre cv. Par contre, je serais nettement plus intéressé de connaître votre point de vue sur le sujet à travers un commentaire sur ce blog : une personne avait d’ailleurs écrit un rectificatif en ses nom et fonction concernant le smidom et j’avais trouvé cela très bien. En espérant lire bientôt dans ses colonnes vos objections, que ce soit sous couvert de l’anonymat ou via l’héroïque révélation de votre identité, car pour moi seul l’échange d’idées compte.

  3. 3 BOUCHE mai 15, 2009 à 8:55

    Il est facile d’écrire tout et n’importe quoi en plus sous l’anonymat le plus complet, je suis le vice président de l’AAPPMA DE Thoissey/Montmerle mon téléphone et mon identité son connus à la mairie de Montmerle, je vous propose donc de prendre contact avec moi pour un rendez-vous et pouvoir débattre de vive voix du sujet que vous abordé dans ces colonnes

  4. 4 harrycovert avril 1, 2009 à 6:10

    Le PCB n’est qu’une partie du probleme.

    Les pratiques agricoles « modernes » sont largement responsable de la mort de nos rivières.
    Aujourd’hui au moins les 3/4 des cours d’eau ainsi que les nappes phreatiques sont polluées par des cocktails de pesticides et autres produits phyto sanitaires dont la France est le premier consommateur européen.
    Remembrements destructeurs, engrais, lisiers, pesticides, fongicides; l’agriculture telle qu’elle est pratiquée actuellemnt est un veritable fléau pour l’environnement et certainement pas viable dans la durée à l’égard des degats causés.
    Mais il n’y a pas que les agriculteurs, les industriels avec leurs rejets de produits chimiques et metaux lourds, mais aussi tout un chacun puisqu’on trouve par exemple d’inquiétantes quantites de residus médicamenteux (notamment les hormones des pilules contraceptives ou des anti inflammatoire))dans les ressources en eau et qui ne sont pas sans conséquences sur l’activité biologique de celles ci.

    VOIR: http://www2.cnrs.fr/presse/journal/3616.htm

    Bref ya du taf, si on veut revoir les belles rivières d’antan…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




mars 2009
L M M J V S D
« Fév   Avr »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Archives


%d blogueurs aiment cette page :