Réforme des rythmes scolaires


Avant le 1er (ou peut-être reporté au 31) mars 2013, nos écoles et notre commune devront se tenir fin prêt pour la rentrée scolaire 2013/2014 à appliquer une nouvelle réforme .

Quel est l’objectif?

« mieux apprendre et favoriser la réussite scolaire de tous », » mieux répartir les heures de classe sur la semaine »,accéder à des activités sportives, culturelles, artistiques qui contribueront à
développer leur curiosité intellectuelle et à renforcer le plaisir d’apprendre et d’être à l’école ».

Concrètement?

« l’étalement des 24 heures d’enseignement hebdomadaire sur neuf demi-journées, incluant le mercredi matin ; une journée de classe de maximum 5 heures 30 et une demi-journée de
maximum 3 heures 30 ; une pause méridienne de 1 heure 30 au minimum.
● À titre d’exemple, l’ajout de 3 heures de classe le mercredi matin permettra d’alléger les autres journées en moyenne de 45 minutes.
● Des activités pédagogiques complémentaires aux heures d’enseignement seront organisées en groupes restreints afin d’aider les écoliers rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages
d’accompagner le travail personnel des autres élèves ou de mettre en place une activité prévue. »

Quels moyens?

« une dotation forfaitaire de 50 euros par élève ».(pour occuper nos p’tites têtes blondes avidex de culture et loisirs!)

Tout cela reste du texte officiel, dans la pratique enseignants, directeurs, agents de la commune, parents d’élèves s’interrogent beaucoup, se rencontrent pour trouver le meilleur compromis pour Montmerle.Si on applique la réforme comme elle est voulu les enfants auraient des journées de 9-12h puis 14h-16h et 9-12H le mercredi matin .

J’ai tenté d’être le plus neutre possible, alors s’il vous plait, à vos avis!

 

 

 

8 Responses to “Réforme des rythmes scolaires”


  1. 1 Bruno MEUNIER mars 18, 2013 à 3:01

    Les parents des élèves des Ecoles de Montmerle-Lurcy vous proposent d’assister
    à une Conférence sur les rythmes scolaires animée par :
    Madame Christine GONNU,
    Vice-présidente chargée de l’Enfance, de la Jeunesse et de l’Action Educative au Conseil Général de l’Ain,
    Maire de Baneins,
    le lundi 25 mars 2013 à 20 heures en Mairie, Salle des Fêtes.
    Madame Gonnu abordera principalement :
    • Les contraintes fixées par le cadre réglementaire,
    • Le bien-être des enfants,
    • Les attentes des parents,
    • Les possibilités d’organisation locales,
    • Le travail partenarial.

    Bien cordialement
    Bruno MEUNIER

  2. 2 P.Meirieu article du Monde février 24, 2013 à 6:36

    A quelques petites semaines des décisions que vont devoir prendre les communes sur la mise en œuvre de la semaine de quatre jours et demi, les tensions s’exaspèrent. Les professeurs d’école expriment leur inquiétude sur la « précipitation » de décisions auxquelles ils estiment ne pas avoir été assez associés.

    Ils disent aussi leur malaise face à une société qui ne cesse d’avoir à leur égard de nouvelles exigences sans qu’ils bénéficient des contreparties financières et de la considération sociale auxquelles ils ont droit : pourquoi seraient-ils les seuls à devoir payer pour rééquilibrer le temps de l’enfant quand les parents ont souvent renoncé à résister à la pression des écrans et laissent le temps de sommeil quotidien de leurs enfants diminuer d’année en année ? Pourquoi seraient-ils les seuls à porter le poids d’une réforme qui épargne les industries du tourisme, les autoroutes et les médias réunis ?…

    De leur côté, les municipalités s’inquiètent : auront-elles les moyens de financer, de manière pérenne, les activités nécessaires au rééquilibrage de la semaine ? Comment feront celles qui ont déjà de sérieuses difficultés financières ? Comment mobiliser le tissu associatif, culturel et sportif de proximité, dans le cadre de projets éducatifs locaux articulés aux projets d’école et à l’action des enseignants ?

    « MUNICH PÉDAGOGIQUE »

    Il faut d’abord rappeler que, si nous en sommes là, c’est en raison des décisions brutales et totalement irresponsables de Xavier Darcos et Nicolas Sarkozy : alors que rien ne figurait, sur la question des rythmes scolaires, dans le programme du président élu en 2007, le ministre de l’éducation nationale ouvre le dossier le 3 septembre de la même année dans un entretien au Parisien… dossier bouclé trois jours plus tard par le président de la République, qui se prononce pour « la suppression des classes le samedi matin, sans report sur les autres jours de la semaine ».

    L’annonce officielle est faite par le ministre le 27 septembre au 20 heures de TF1 : il n’y aura plus d’école le samedi matin, les municipalités pourront organiser, à la place, des activités culturelles ou sportives, le temps d’enseignement ainsi gagné sera utilisé pour l’aide aux élèves les plus en difficulté !…

    La mesure est mise en place dès la rentrée 2008, malgré les réserves de l’Association des maires de France et les mises en garde particulièrement clairvoyantes de l’historien Antoine Prost, qui dénonce, dans une tribune parue dans Le Monde le 29 mai, un  » Munich pédagogique », « une entreprise de déconstruction », qui risque, selon lui, d’être irréversible.

    Il est suivi par quelques mouvements pédagogiques, mais son appel est fort peu relayé sur le plan politique (il faut dire que quelques municipalités de gauche – et pas des moindres ! – ont déjà supprimé les cours le samedi matin, voire adopté la semaine de quatre jours).

    Nulle grève ou manifestation n’est envisagée par les organisations professionnelles pour protester contre la machine infernale qui s’est mise en marche : diminution globale du temps scolaire, alourdissement de la journée pour les élèves en difficulté qui se voient imposer « l’aide individualisée » pendant la pause méridienne ou après les cours, dysfonctionnements graves en termes de chronobiologie pour tous les enfants, avec moins de journées de classe et des journées plus lourdes (juste l’inverse de ce que préconisaient les chercheurs depuis bien longtemps) et une coupure de deux jours en fin de semaine qui casse le rythme veille-sommeil et fait démarrer le lundi matin des enfants fatigués qui, s’étant levé tard deux jours de suite, ne peuvent se coucher le dimanche soir…

    L’AMÉNAGEMENT DU TEMPS DE L’ENFANT

    Au regard de cette situation, on comprend la volonté du ministre actuel d’agir et d’agir vite. Sans aucun doute, la semaine de quatre jours et demi avec des cours le mercredi matin est un progrès.

    Sans aucun doute, l’injonction faite aux communes d’organiser des activités complémentaires dans le cadre d’une semaine repensée était nécessaire. Mais pourquoi avoir écarté si vite l’hypothèse du retour du samedi matin ?

    On connaît l’argument de la garde alternée et des familles recomposées qui souhaitent pouvoir accueillir les enfants deux jours d’affilée… Mais résiste-t-il bien à l’analyse si l’on avance que, justement, le samedi matin peut être une occasion pour ces familles, comme pour les autres, d’un moment de contact privilégié avec l’école et les enseignants ?

    Pourquoi, aussi, avoir renoncé sans vrai débat à un rééquilibrage plus global de l’année scolaire, avec une diminution ou un zonage des vacances d’été et une alternance plus rigoureuse entre temps de travail et petites vacances ?

    Pourquoi, enfin, avoir imposé une formule unique – les cours le mercredi matin – quand on aurait pu s’en remettre aux collectivités territoriales et aux écoles, à partir d’un cahier des charges national exigeant, afin qu’elles pensent ensemble l’aménagement du temps de l’enfant (et pas seulement du temps scolaire) dans le cadre de projets éducatifs locaux ?

    D’autant plus que la crispation sur les rythmes scolaires à laquelle on assiste aujourd’hui est particulièrement contre-productive au regard de la refondation de l’école « que le ministre appelle de ses voeux ».

    Elle écarte un fait pédagogique majeur : ce qui fatigue l’enfant, d’abord et avant tout, c’est l’échec. Ce dont il a besoin plus que tout, c’est d’une pédagogie qui l’aide à focaliser son attention, qui lui propose des contenus de savoirs mobilisateurs, qui l’accompagne dans son travail pour qu’il en améliore sans cesse la qualité, qui valorise ses réussites et lui permette d’accéder, grâce à des médiations adaptées, aux grandes oeuvres de notre culture.

    Pourquoi cette précipitation technique sur les rythmes, alors que, par ailleurs, les programmes de 2008 restent en vigueur ? Il eût fallu revenir – au moins à titre conservatoire et avant la nouvelle élaboration qui s’impose – aux programmes de 2002, qui permettent aux enseignants de se mobiliser collectivement pour faire de leurs classes et de leurs écoles de véritables « collectifs apprenants ».

    LES QUESTIONS DE CONTENUS ET DE MÉTHODES

    Car on trouve précisément, dans les programmes de 2002, les outils nécessaires pour articuler intelligemment activités scolaires et activités péri et parascolaires.

    Il y a bien un mal français dans la conduite de nos réformes scolaires : spécialistes de combats épiques sur les modalités, nous en oublions les finalités. Pris dans la frénésie des arrangements institutionnels, nous en oublions les questions de contenus et de méthodes… Les tensions actuelles montrent la limite de ce pilotage.

    Espérons qu’elles nous permettront, si nous savons en tirer les leçons, de construire enfin ensemble un discours sur l’école, clair et mobilisateur, pour les acteurs de terrain qui prennent tous les matins le chemin de la classe. Les professionnels de l’éducation en ont plus que jamais besoin. Notre pays aussi.

    Philippe Meirieu, professeur à l’université Lumière-Lyon-II, vice-président (EELV) de la région Rhône-Alpes

  3. 3 Anonyme février 24, 2013 à 5:34

    De toutes façons c’est une idée lancée …

    Quelles sont les autres propositions?

  4. 4 corbeau ROSE février 15, 2013 à 6:30

    je crois rèver tous ces parents ont vite trouvés une solution casser
    leurs enfants à la bibliothéque pourquoi pas il y a aussi du sport
    courir au bord de saone ramasser les feuilles ou les papiers au parc de la batelerie aller rendre visite aux personnes de la maison de retraite faire de la couture ou du tricot il ya plein de choses a faire mais bien sur il faut s’occuper de ses enfants mais qui va payer toutes ces choses et bien
    se sont les contribuables il y aurait tant de choses à faire
    le gouvernement nous amuse avec toutes ces conneries (excusez moi
    mais je ne vois aucun un autre nom) il ferait mieux de s’occuper du chomage
    des retraites et des sans logis

  5. 5 Mimosa février 6, 2013 à 8:54

    Votre idée pour occuper les enfants pendant l’heure de déjeuner, vous proposez la bibliothèque municipale, mais une seule personne est rétribuée par la commune (un mi-temps) et toutes les autres personnes se sont des bénévoles, alors trouvez autre chose, les grands-mères de la bibliothèque ont déjà leurs petits enfants…

  6. 6 Anonyme février 6, 2013 à 11:11

    bonjour, moi je vois aussi un inconvénient supplémentaire pour les 0-3 ans qui sont à la maison mais qui ont des frères et sœurs scolarisés et qui vont pouvoir faire une sieste raccourcie de la dite demie heure
    soit ils seront couchés à 14h45 le temps de revenir de l’école et levés à 16h15 pour retourner à l’école
    soit ils seront couchés après le repas et levés à 14h30 pour aller à l’école

  7. 7 bourdon raleur février 6, 2013 à 9:32

    Les 50€ par élève sont pour une année pour les communes qui accepteront la réforme en 2013 (au lieu de réfléchir pour 2014).
    Il me semble que c’est ce que j’ai compris.
    Et ce ne sera pas suffisant.

  8. 8 Zielinski Nicolas février 5, 2013 à 12:37

    Pour le moment, le projet pour l’an prochain est très flou car il faut du temps pour consulter tout le monde : parents, services de ramassages scolaires, assistantes maternelles, associations sportives …

    Tout de même, je me permets de proposer une solution que je n’ai pas vue dans les propositions qui circulent :
    Si on allongeait la pose de midi de 30 minutes supplémentaires ?
    _ Premier avantage : les repas seraient plus longs, ce qui permettrait aux plus petits de déjeuner à leur rythme. Actuellement, le repas se déroule en deux services car la cantine est trop exiguë. Ainsi il n’y aurait plus forcement besoin d’investir dans une nouvelle cantine scolaire.
    _ Deuxième avantage : les horaires de fin de classe ne seraient pas beaucoup modifiés et cela permettrait aux parents de venir chercher leurs enfants seulement 15 minutes plus tôt.
    _ Troisième avantage : possibilité de faire une sieste pour les petits qui sont à la maison midi et revenir en classe pour l’après midi.
    _ Quatrième avantage : les horaires de la garderie périscolaire ne seraient pas beaucoup allongés pour respecter la fin de garderie actuelle (18h15) et permettre ainsi aux parents qui travaillent loin de venir chercher leur enfant.
    _ Idées : vu que la pose de mi-journée serait plus longue, c’est l’occasion de réfléchir à de nouvelles activités hebdomadaires ou exceptionnelles :
     Bibliothèque municipale,
     La salle des fêtes pour du sport en salle ou pour des activités culturelles (cinéma, théâtre…),
     Etcetera.
    _ Inconvénient 1 : les personnels de la cantine auront un service plus long de trente minutes. Donc il faudra une aide financière de la commune pour payer le personnel du Sou des Ecoles.
    _ Inconvénient 2 : les ATSEM auront aussi un temps de service plus long lors de la pose de midi et lors de la garderie du soir. Donc dépense supplémentaire.
    _ Inconvénient 3 : les activités de midi devront faire appel à des intervenants extérieurs et/ou communaux pour préparer la salle des fêtes, la ranger, la nettoyer. Idem avec la bibliothèque. Idem avec les artistes et/ou les droits d’auteurs. Donc beaucoup de dépenses supplémentaires !

    Au niveau financier, il faut savoir qu’une aide de l’Etat est mise en place pour les communes qui appliqueront la réforme des rythmes scolaires dès la prochaine rentrée. Elle est d’un montant de 50 euros par élève. http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/rythmes-scolaires-le-premier-ministre-precise-l-aide-aux-communes
    Que pensez-vous de cette solution ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




février 2013
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Archives


%d blogueurs aiment cette page :